logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/07/2018

HISTOIRE VRAIE

C'est un souvenir d'enfance qui m'est toujours resté en mémoire, et qui vous fera peut-être sourire.

C'était il y a fort longtemps. J'avais peut-être 8 ou 9 ans...je ne m'en souviens plus très bien. Dans la famille F. le dimanche était sacré et c'était jour de Messe. Alors, hiver comme été, nous allions à l'église le dimanche. Je vous parle ici d'un dimanche d'hiver, froid, comme les hivers de cette époque là. Après avoir vêtu mon beau manteau du dimanche et  mis mon beau chapeau, je pris le vélo et me voilà partie pour l'église.

La messe était commencée. Nous, les enfants, nous devions nous installer sur les bancs tout devant l'autel. Je traversai donc l'église dans toute sa longueur, et allai m'agenouiller sur le banc en bois. Mes doigts étaient engourdis par le froid et j'avais la sensation de planer. Je voyais la flamme des cierges vaciller, se troubler et tout à coup, je me sentis descendre dans un gouffre et puis plus rien. J'avais perdu connaissance devant l'autel.

A travers le cloître, on me transporta alors, dans les cuisines du Grand Séminaire, où la chaleur petit à petit m'envahissant, me fit revenir à moi. Lorsque, sortant de mon évanouissement, j'ouvris insensiblement les yeux, je vis à travers mes paupières encore lourdes et dans un flou "artistique" des centaines de chaussettes noires suspendues sur un fil. Où suis-je donc ? Que m'est-il arrivé ? Suis-je en enfer, au Paradis ? Autant de questions se bousculaient dans ma tête ... Je compris alors que l'on m'avait transportée dans les cuisines, et que là-haut, près du plafond séchaient les chaussettes des jeunes séminaristes.

medium_chaussettes_sur_un_fil.jpg

 

53433760.jpg

le prieuré de Layrac

 

09/07/2018

ORAGES

"ORAGES"

Ô DESESPOIR

 

L'orage gronde,

Le vent soufflant à cent kilomètres heure ploie dangereusement la cime des cèdres du Liban.

Les branches vont-elles casser,

L'arbre va-t-il s'arracher ?

A chaque fois, c'est un moment de panique qui me submerge.

 

En deux minutes, la terrasse se recouvre d'une couche d'aiguilles piquantes.

Alentour, des objets volent sur la route.

Le ciel est survolté,les éclairs dardent le ciel,

les vents, les nuages, la pluie font exploser la nuit.

 

 

Enfin, l'orage s'est éloigné et tout s'est apaisé.

 

Alors je pense à tout ceux qui ont subi des dégâts.

310x190_grelons-lors-orages.jpgLes grêlons, gros comme des balles de tennis, ont saccagé les toitures,

Les plafonds se sont effondrés laissant un intérieur apocalyptique.

Les récoltes sont perdues : vignes, blé, maïs...

L'eau et la boue, ont tout ravagé.

Spectacle de désolation.

 

 Ô RAGE !

Ô DESESPOIR !

 

de ces sinistrés qui devront tout reconstruire et panser leurs plaies.

 

 

 

 

 

03/07/2018

LE PASSE SIMPLE

 

Sachez reconnaître les «jeux de mots»

Pour les amateurs de la belle langue que nous parlons ou écrivons... parfois si mal.....
Quelques plaisants exemples de l'emploi du passé simple.

Un régal pour l'esprit...... et amusez-vous bien!


1. Non! Ce n'était pas chose évidente que cette conversation en langue morte. Et pourtant je la tins.

2. Hier, nous achetâmes le DVD d'un spectacle de Marcel Marceau et, tout de suite, nous le mîmes.

3. Vous avez mis à la casse votre vieille voiture allemande ? Vous souvient-il qu'un jour vous me la passâtes ?

4. Bien que vous ayez cessé d'être une prostituée, un jour vous le pûtes.

5. Merlin n'était qu'un simple mortel jusqu'à ce qu'enchanteur il devint.

6. Deux vieux acteurs hollywoodiens discutent :
- Te rappelles-tu ce western où nous jouions les Indiens ?
- Oh oui ! Et je sais que nous nous y plûmes.

7. Vous saviez que ce manteau était tout pelé . Alors pourquoi, à la réception d'hier soir, le mîtes-vous ?

8. C'est dans ce tonneau que notre vin vieux fut.

9. On nous offrit une augmentation et, bien sûr, nous la prîmes.

10. Les moines brassèrent la bière et la burent.


11. C'est bien parce que vous m'avez invité à goûter votre Beaujolais que je vins.

12. Charlotte Corday cacha le poignard en son sein et, à l'idée du crime qu'elle allait perpétrer, elle se marra. (Là je précise, si vous ne connaissez pas à fond l'histoire de France, vous ne comprendrez pas. Pendant la révolution Charlotte Corday à assassinée le député Marrat dans sa baignoire )

13. Que la crevette était un insecte, vous le crûtes assez.

.14. Pour les prochaines vacances, l'idée d'aller en Arabie Saoudite ils émirent.

15. Heureusement que vous avez retrouvé des capitaux ! Car mettre la clé sous la porte vous faillites.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique