logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/01/2015

LE NOËL DES ANIMAUX

J'ai trouvé ce conte si beau que je vous le fais partager.

(d’après un conte russe)

Il était une fois une grand-mère qui habitait seule dans la forêt. La grand-mère était triste ce soir-là : c’était la nuit de Noël et ce n’est pas bien gai de passer un Noël seule. Pour passer le temps, la grand-mère se mit au piano.
Ce que la grand-mère ignorait, c’est qu’elle n’était pas seule dans la forêt ce soir-là. On entendit le piano !
Elle entendit frapper :
- Toc, toc, toc
- Qui est là, dit la grand-mère ?
Quelqu’un répondit :
cheval.jpg- Grand-mère, grand-mère, ouvre-moi ta porte, ce n’est pas un temps à laisser, Hiiiiiiiiiiii, un cheval dehors !
La grand-mère ouvrit la porte, le cheval entra. Pauvre cheval ! Il était tout mouillé, il avait froid, il avait faim. La grand-mère le sécha avec une couverture, elle lui donna à manger du foin, et une fois bien sec, bien repus, le cheval se coucha non loin de la cheminée.
La grand-mère se dit :
- Je vais pouvoir rejouer du piano.
Non, non, non. Elle entendit frapper de nouveau :
- Toc, toc, toc
- Qui est là, dit la grand-mère ?
Quelqu’un répondit :
index.jpg- Grand-mère, grand-mère, ouvre-moi ta porte, ce n’est pas un temps à laisser, gron-gron-gron, un cochon dehors !
La grand-mère ouvrit la porte, le cochon entra. Pauvre cochon ! Il était tout mouillé, il avait froid, il avait faim. La grand-mère le sécha avec une serviette, elle lui donna à manger des glands et des pommes de terre, et une fois bien sec, une fois bien repus, le cochon se coucha non loin de la cheminée, à côté du cheval.
La grand-mère se dit :
- Je vais pouvoir rejouer du piano.
Non, non, non. Elle entendit frapper de nouveau :
- Toc, toc, toc
- Qui est là, dit la grand-mère ?
Quelqu’un répondit :
chien.jpg- Grand-mère, grand-mère, ouvre-moi ta porte, ce n’est pas un temps à laisser, wouf, wouf, un chien dehors !
La grand-mère ouvrit la porte, le chien entra. Pauvre chien ! Il était tout mouillé, il avait froid, il avait faim. La grand-mère le sécha avec une serviette, elle lui donna à ronger un os, et une fois bien sec, bien repus, le chien se coucha non loin de la cheminée, à côté du cheval et du cochon.
La grand-mère se dit :
- Je vais pouvoir rejouer du piano.
Non, non, non. Elle entendit frapper de nouveau :
- Toc, toc, toc
- Qui est là, dit la grand-mère ?
Quelqu’un répondit :
images.jpg- Grand-mère, grand-mère, ouvre-moi ta porte, ce n’est pas un temps à laisser, miaouuuuuuuu, un chat dehors !
La grand-mère ouvrit la porte, le chat entra. Pauvre chat ! Il était tout mouillé, il avait froid, il avait faim. La grand-mère le sécha avec une serviette, elle lui donna un peu de lait, du poisson, et une fois bien sec, bien repus, le chat se coucha non loin de la cheminée, à côté du cheval, du cochon et du chien.
La grand-mère se dit :
- Je vais pouvoir rejouer du piano.
Mais les animaux soupiraient !
- Que vous arrive-t-il, dit la grand-mère ? Je vous ai ouvert ma porte, je vous ai séchés, je vous ai donné à manger, vous avez un coin de cheminée pour passer la nuit, vous êtes bien ingrats !
- C’est que, dirent les animaux, c’est Noël, on voudrait bien qu’il se passe quelque chose d’autre !
La grand-mère réfléchit, puis elle chanta un chant de Noël.
Le père Noël apparut. Il avait fini sa tournée et il ne lui restait rien pour les animaux.
Mais il a soufflé sur le cheval, et le cheval s’est endormi. Il a rêvé du pays des chevaux, un pays où l’herbe vous arrive jusqu’au cou, de l’herbe odorante, savoureuse, hummmmmm ! Et des rivières parfumées où caracoler !
Le père Noël a soufflé sur le cochon, et le cochon s’est endormi. Il a rêvé du pays des cochons, un pays avec de la boue partout, et des glands gros comme des œufs, et des champignons délicieux qu’on appelle des truffes, tellement nombreux qu’on marchait dessus.
Le père Noël a soufflé sur le chien, et le chien s’est endormi. Il a rêvé du pays des chiens, un pays où il y a des arbres à os, il suffit de tendre le cou pour en attraper autant qu’on en veut, et des buissons à croquettes.
Le père Noël a soufflé sur le chat, et le chat s’est endormi. Il a rêvé du pays des chats, un pays où les souris sont si nombreuses qu’elles se jettent dans vos pattes, et les rivières, ce n’est pas de l’eau qui coule, non, non, non, c’est du lait !
Le père Noël est reparti, et la grand-mère se dit :
- Je vais pouvoir rejouer du piano.
Non, non, non. Elle entendit frapper de nouveau :
- Toc, toc, toc
- Qui est là, dit la grand-mère ?
Quelqu’un répondit :
- Grand-mère, grand-mère, ouvre-moi ta porte, ce n’est pas un temps à laisser, un grand-père dehors !
La grand-mère ouvrit la porte, le vieux de la forêt entra. Pauvre vieux ! Il était tout mouillé, il avait froid, il avait faim. La grand-mère lui donna une serviette pour se sécher, elle lui offrit un bol de soupe. Ils se regardèrent. Ils se plurent. Ils se marièrent. Ils n’eurent pas d’enfants, ils étaient trop vieux pour ça, mais ils eurent plein d’animaux : des chevaux, des vaches, des chèvres, des moutons, des cochons, des chats, des chiens, des hamsters.

Et ils ne passèrent plus jamais un Noël seuls !

vieux.jpg

 

 

22:20 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Un très joli conte, Pimprenelle digne de Noël....
merci
Bonne journée à toi et bisous
Anita

Écrit par : Anita | 06/01/2015

dommage tout de même qu'ils n'aient pas eu d'enfant comme c'est le cas dans tous les contes pour enfants...
Bises

Écrit par : henri | 06/01/2015

Un joli conte, je souhaites qu'il se réalise pour tous ceux qui sont seuls car la solitude est bien mauvaise à vivre.Amicalement.

Écrit par : Monique Ruiz | 06/01/2015

Tu connais de beaux contes remplis d'animaux et de gens qui ont froid, qui sont mouillés et qui ont faim. N'y en a-t-il pas plein dans les rues, partout ? Et c'est bien triste ! Personne ne leur ouvre la porte pour les réchauffer ou les nourrir. Certaines villes maintenant enlèvent leur banc pour empêcher ces personnes qui n'ont rien de s'y asseoir ou d'y dormir. C'est inhumain et cela me répugne.

La France est un pays trop cher pour ceux qui veulent un appartement même petit. Alors, ils n'ont pas le choix.

Tu sais, FACEBOOK n'est pas plus difficile qu'un blog à utiliser. J'ai créé des albums en essayant de cliquer ici ou là et ça a marché. J'ai trouvé que c'était assez facile en fait.

Gros bisous,

Écrit par : Aliette Lydia | 07/01/2015

Je me permet de te le piquer pour le raconter à une petite fille qui adore les histoires
Merci Belle journée
Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 07/01/2015

Coucou Flo !
Superbe conte qui remet le cœur à l'endroit...
Gros bizoux Doubs !

Écrit par : françoise la comtoise | 07/01/2015

Une bien belle histoire. Elle a été bien occupée Grand-mère cette nuit de Noël et enfin, elle a reçu le plus beau cadeau en la personne du grand-père.
Parfois les animaux sont plus reconnaissants que les enfants. Alors tout est bien ainsi.
Bonne année Pimprenelle. Que ta santé et celle de tes proches restent bonnes.
Câlins à tes chats.
Bises
Geneviève

Écrit par : Genevieve | 07/01/2015

Un bien joli conte de Noël à partager,
en ces temps de brouillard...d'histoire que l'on entend...
Bonne année 2015 !

Écrit par : Marie-Térèse | 09/01/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique