logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/03/2016

LE PRINTEMPS .....ET LE TEMPS QUI PASSE !

Pour accueillir le printemps naissant, voici un beau poème de notre poète du canal, Michel CHAMBERT

 

Sans titre.gif

 

Le printemps…

Et le temps qui passe !

 

Finies les courtes journées d’hiver,

Oubliées les tristes journées pluvieuses.

 La nature soudain se régénère,

Les grues cendrées, reviennent joyeuses.

 

Le printemps arrive, nous interpelle,

Les gelées matinales sont le refus de l’hiver,

A laissé place, à la saison nouvelle,

Et au chaud soleil qui nous éclaire.

 

L’herbe verte et tendre du gazon,

Sort de sa léthargie, en une pousse subite.

En son sein, les odorantes violettes font

Bon ménage, avec les pâquerettes timides.

 

Les arbres ne voulant pas être en reste,

Bourgeonnent à qui mieux- mieux, avec vitalité,

Abricotier gringalet, sapin noueux, tournés vers l’ouest,

Olivier voulant devenir centenaire ou humble palmier.

 

Pommier élancé, pointant ses branches vers le ciel,

Figuier en attente de ses immenses feuilles,

Cerisier au tronc puissant, voulant être éternel,

Marguerites épanouies, attendent qu’on les cueille.

 

Prés de la grande jarre, et du palmier nain,

Qui tend ses feuilles vers le ciel en une offrande,

Tous sentent monter dans leurs veines, de beaux lendemains.

Signe d’une liberté retrouvée, plus grande.

 

La statue de la naïade, regarde étonnée,

Ce subit réveil de la nature en fleurs,

Alors qu’un orgueilleux papillon, ailes déployées,

Tourne inlassablement, fier de ses belles couleurs.

 

Le jeune et grand prunier du voisin,

Se penche, curieux, au-dessus du long mur,

Fier de sa blanche chevelure, au soleil du matin.

Attentif à tout ce que le vent lui murmure.

 

Les timides jonquilles, dans l’ombre du grand cyprès,

Inclinent leurs têtes vers la terre nourricière,

Tandis que la divine tulipe, près du vieux cerisier,

S’étire, se dresse, se gonfle peu à peu, si fière !

 

Cette année, conquérantes, les primevères sauvages,

Ont soudain envahi le petit jardin,

Corolles jaunes ou rouges, font bon ménage

Avec la pâquerette, la violette et le bouton d’or mutin.

 

Heureux de ce précoce et joyeux réveil

Une bergeronnette cherche un lieu pour couver,

Une petite jarre fera l’affaire pour son sommeil,

Nid douillet contre les intempéries, et le gros chat obstiné.

 

La nature a fini d’hiverner, saluée par un ciel bleu,

L’hiver à regret et tenace, doit céder la place,

A nouveau brille la joie dans tous les yeux

Avec l’espoir que ces instants, ne soient  fugaces.

 

 

Michel.  «  Le printemps, c’est à nouveau des projets «

Malgré le temps qui passe !

 

Dimanche 27 mars 2016.

 

Commentaires

Un beau carré d'images qui accompagne ce poème.

Bon mardi et bises.

Écrit par : judith | 29/03/2016

Tout est dit dans cette belle poésie et vive la printemps...
Ici il essaye de s'installer mais ça vient ;-)
Bon mardi et bizoux Doubs la Flo !

Écrit par : françoise la comtoise | 29/03/2016

Quei beau poème, en espérant que le soleil va enfin rayonner autour de nous. Merci et bises
Hélène

Écrit par : héléne | 31/03/2016

Malgré une météo plutôt indigne d'un printemps, ce poème nous fait espérer mieux !
Bonne soirée, bises,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 31/03/2016

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique