logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/05/2017

SEUL ! PARMI LA FOULE !

L-ACCORDEONISTE.jpg

 

  Aujourd’hui, le boulevard resplendit

Sous le chaud soleil du printemps,

Les messieurs sont rieurs, les filles jolies,

Les couples amoureux, vont nonchalamment !

 

Les terrasses des cafés, bourdonnent

Des mille mots et des murmures,

Tandis que quelques jeunes, fanfaronnent,

Couverts de tatouages qui les rassurent !

 

Le marchand de glaces est ravi,

Il y a foule devant sa boutique,

Tout un chacun patiente avec l’envie,

De se délecter de ses produits authentiques !

 

Sur le grand boulevard piétonnier,

Déambulent les badauds, les promeneurs,

Les esprits chagrins et les enjoués,

Ceux qui respirent l’ennui, les autres le bonheur !

 

Les magasins présentent leurs articles

Aux quidams, pressés ou désabusés,

Certains s’arrêtent, trouvant magnifique,

Ce qu’ils ont tant cherché, tant rêvé !

 

Au coin d’une rue, un accordéoniste

Quémande un sourire, le regard des passants,

Il joue des mélodies, vives ou tristes,

Et des airs de son pays, avec talent !

 

Agiles, ses doigts courent sur le clavier,

Tête penchée, il fait corps avec son instrument,

Avec douceur ou puissance, il étire le soufflet,

Marquant de son pied, tous les temps.

 

Le monde passe, sans s’arrêter, indifférent

Aux envolées lyriques de l’artiste,

L’accordéon, chante, gémit, puis reprend

Ses chansons en autant de notes poétiques !

 

C’était hier, aujourd’hui ou demain,

En un flot continu et monotone,

La foule va, à petits pas son chemin,

Vêtue de gris, de noir, presque uniforme !

 

C’était au coin d’une rue, un accordéoniste

Qui voulait donner des instants de bonheur,

A des inconnus, indifférents et tristes,

Ou prenant la vie, avec  ses joies et ses humeurs.

 

Dis monsieur ! Tu joues encore ?

Deux grands yeux, une frimousse, un sourire,

Un petit garçon, anime soudain le décor,

D’une foule nonchalante, aux mille soupirs.

 

Pour un sou, pour rien, le vieil accordéoniste,

Retrouve soudain l’espoir et ses vingt-ans,

Un enfant, petite âme fragile et sympathique,

Lui fait entrevoir le monde, différemment !

 

            Michel « Le bon peuple, passait,

                                               passait, passait… ! »

 

                                                                                     Michel Chambert, notre poète du canal.

Commentaires

le chanteur de rues comme un accompagnement
amitiès

Écrit par : ventdamont | 21/05/2017

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique