logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/11/2014

L'AUTOMNE

Le vent fera craquer les branches
La brume viendra dans sa robe blanche
Y aura des feuilles partout
Couchées sur les cailloux
Octobre tiendra sa revanche

Le soleil sortira à peine
Nos corps se cacheront sous des bouts de laine
Perdue dans tes foulards
Tu croiseras le soir
Octobre endormi aux fontaines

Il y aura certainement,
Sur les tables en fer blanc
Quelques vases vides et qui traînent
Et des nuages pris aux antennes


Je t'offrirai des fleurs
Et des nappes en couleurs
Pour ne pas qu'octobre nous prenne

On ira tout en haut des collines
Regarder tout ce qu'octobre illumine
Mes mains sur tes cheveux
Des écharpes pour deux
Devant le monde qui s'incline


Certainement appuyés sur des bancs
Il y aura quelques hommes qui se souviennent
Et des nuages pris sur les antennes
Je t'offrirai des fleurs
Et des nappes en couleurs
Pour ne pas qu'octobre nous prenne

Et sans doute on verra apparaître
Quelques dessins sur la buée des fenêtres
Vous, vous jouerez dehors
Comme les enfants du nord
Octobre restera peut-être.


 

 

 

 

22:08 Publié dans musique | Lien permanent | Commentaires (4)

18/11/2014

LA DAME DE MON ENFANCE

 Quel beau texte pour cette chanson de JAÏRO

 

Elle m’apprenait l’été à l’heure de la chaleur
Quand se taisent les fleurs, que la terre se fait sieste
Elle m’apprenait l’été et c’était une fête
La voix des hommes au loin se faisait murmurance
L’appel des champs voisins disait la découvrance
Elle m’apprenait les arbres, les collines, les couleurs
Son tablier fleurait les odeurs des sentiers
Et son air de beauté était à respirer

Ça n’était pas, tu sais, ma dame de compagnie
Ni la Jeanne de Brassens, ni Margot, ni servante
Cette femme-là c’était la dame de mon enfance

Elle avait m’a-t-on dit presque trente ans d’été
J’étais au seuil de vie et j’avais bien huit ans
Elle disait que les hommes sauraient un jour trouver
Le chemin de la vie, dans un regard d’enfant
Elle riait dans l’été du haut de ses trente ans
Elle riait dans l’été et moi j’avais huit ans
Je l’aimais, je l’aimais, comme seul aime un enfant
Je l’aimais, je l’aimais, elle m’apprenait l’enfance

Ça n’était pas, tu sais, ma dame de compagnie
Ni la Jeanne de Brassens, ni Margot, ni servante
Cette femme-là c’était le goût de mon enfance.

 

coquelicot 2.jpg

 

 

 

11:57 Publié dans musique | Lien permanent | Commentaires (4)

01/11/2014

LES JARDINS DU CIEL

 

Un jour ou l'autre on connaitra le jardin de l'éternité....

 

 

14:17 Publié dans musique | Lien permanent | Commentaires (1)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique