logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/11/2017

VOUS, MES CHERS GRANDS-PERES !

Un poème de Michel Chambert, notre poète du canal.

 

Vous, mes chers Grands-pères !

 

Que diriez-vous chers Grands-parents ?

En voyant cette zizanie, de par le Monde,

De la-haut, tendez-vous l’oreille, écoutant

De-ci, de-là, ceux qui râlent et grondent !

 

Que penseriez-vous, vous qui à huit ans,

Terminant  primaire et studieuse maternelle,

Vous parliez le français couramment,

Et écriviez d’une écriture comme dentelle !

 

Vous écoutiez en silence, saviez conjuguer, calculer,

Avant d’entrer dans la ‘’’ cour des grands ‘’’ !

Vous souleviez casquettes et béret pour saluer,

On entendait sans cesse vos rires d’enfants !

 

Toi Grand-père, l’alsacien silencieux,

Qui ne rêvait que de redevenir français,

De voir briller de joie, tous les yeux,

De tes proches et de tes amis, enfin libérés !

 

Ou toi le Grand-père, de la belle Occitanie,

Au sourire si bienveillant, à la verve intarissable,

Qui attendait avec impatience, la fin du jeudi,

Pour retrouver l’école, les livres, et ton vieux cartable !

 

Vous aimiez vos langues régionales,

Que vous parliez avec amis et parents,

Vous maîtrisiez le Français, langue nationale,

Passant de l’une à l’autre couramment !

 

Votre pays était pour vous le plus beau,

Dans cette France si douce, si belle,

La vie s’écoulait avec des bas et des hauts,

Vous n’envisagiez pas de vous séparer d’Elle !

 

Chacun apportai à l’autre, toutes ses connaissances,

Sa culture, son accent, son entrain, sa joie de vivre,

Vos histoires n’étaient faîtes que de connivences,

De drames aussi, d’entraide pour éviter le pire !

 

L’indépendance, vous l’aviez chevillée au corps,

Liberté chérie, de l’âme et de l’esprit,

De vos convictions, sans que l’autre n’aie tort,

Indépendance de deux langues en une seule patrie !

 

Ah ! Grands-parents d’Alsace et de Lorraine !

Et de la bi-millénaire  Occitanie

Vous parliez souvent, des rois et des reines,

Qui des provinces, ont bâti  la France d’aujourd’hui !

 

Pour la grandeur de ce qui fait votre pays,

Et cette liberté fraternelle qui était la vôtre,

Vous vous êtes alors battus, défiant l’ennemi,

Qui martelait votre sol, du bruit de ses bottes !

 

Vous aimiez vos terres, ce pays, vos langues,

Mais avec raison, vous sentiez si minuscules,

Face aux envies, dont vous protégeait la France

De vous séparer, vous auriez trouvé ridicule !

 

Mais aujourd’hui, là-haut de votre univers,

Voyant ce pauvre monde se désagréger,

Vous restez perplexes, devant cette colère,

Et tous ces peuples qui ne savent se parler !

 

Vous aimeriez leur dire, leur faire comprendre,

Que les petits, se font manger tout crus,

Et qu’en de souveraines provinces s’est formée la France,

Comme tous autres pays, pour lesquels les peuples se sont battu !

 

Michel ‘’ Pauvre Catalogne qui veut se séparer de l’Espagne !

 

 

 

08/11/2017

AMBIANCE AUTOMNALE, PRESQUE L'HIVER ?

 

pluie.jpg

Elle est là, la pluie.

Pluie froide

De Novembre naissant.

Elle tombe, douce, silencieuse.

Arbres déjà effeuillés.

Humidité ambiante.

automne (2).jpg

L'automne est là

Avec sa robe de feuilles rouillées.

Et quand tout meurt dans la nature entière,

Le chrysanthème fleurit.

Il fleurit quand la rose à son heure dernière

Effeuille tristement ses pétales fanés.

chrysanthèmes.jpg

 

 

 

24/10/2017

SOUDAINE FRAÎCHEUR

 

rouge-gorge2.jpgLe temps gris s'égrène tout au long de ce dimanche d'octobre.

 Je ne peux croire que l'hiver soit déjà là.

C'est tout simplement un automne un peu frais.

Ce matin,  le rouge-gorge est venu me rendre une brève visite sur le bord de la terrasse, et cela conforte mon impression, car à  la belle saison, il habite surtout les bois, les forêts ou le bocage ...

La nuit tombée je n'entends plus, dans les arbres du jardin, les "chui-chui" incessants des oiseaux qui se préparaient à y dormir jusqu'aux premières lueurs du jour.

Les fenêtres sont fermées pour garder une relative tiédeur. Mais il faudra bien accepter que l'hiver sonne à notre porte. Ainsi vont les saisons.

Mais j'ai entendu dire que, dans quelques jours, un temps plus clément nous fera peut-être une dernière visite... L'été indien de Joe Dassin jouerait-il les prolongations..

« C’était l’automne, un automne où il faisait beau
Une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique
Là-bas on l’appelle l’été indien »

On applaudira donc les prolongations.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique