logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/06/2015

IL EST PARTI


podcast

 

Il est parti loin......très loin...

Mon frère,

Notre frère.

 Nous évoquions, lorsqu'il avait encore l'usage de la parole,  notre village d'enfance, et sa rue bordée de platanes imposants. Puis, l'école, les instituteurs et institutrices, "des vrais",  ceux d'autrefois, et que tous les écoliers que nous étions respectaient. Les copains prenaient aussi une grande place dans les conversations. Nous remontions le temps. Les souvenirs se faisaient plus présents. Nous aimions ce village qui nous avait bien accueilli. La boulangère, parfois, sur le pas de la porte en nous voyant revenir de l'école nous faisait entrer dans la boulangerie, nous faisait assoier, et nous donnait un pain au chocolat.

Tous ces souvenirs venaient pêle-mêle à notre esprit. La maison familiale bien sûr. Les champs de blé l'entourant, les voisins charmants et généreux, nos jeux de billes, le tir à la fronde sur des boîtes de conserves, la cueillette des cerises en mai, le ramassage des "patates", et le maïs à l'automne.

Ces moments passés ensemble, nous ne les oublierons jamais.

Il aimait le jazz et l'on entendait parfois, quand le vent portait, comme l'on dit, les airs de jazz joués par Henri à la clarinette.

C'était une enfance paisible, sans trop de soucis.

Et puis, la vie, les années, ont fait que sa santé se soit dégradée, peu à peu, jusqu'à ses derniers instants.

colombe.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

24/04/2013

MA PREMIERE BISCOTTE

 

Sources Wikipédia

"Selon la légende, en 1903, Charles Heudebert, artisan boulanger à Nanterre eut l'idée de recuire la pain invendu de sa boulangerie familiale après l'avoir tranché. Ainsi serait née la biscotte. En réalité, cette invention culinaire serait plus ancienne et daterait du XIXe siècle.

Très vite, le succès s'affirme, la production s'accélère et se diversifie avec l'ouverture d'une usine en 1910 à Nanterre. Charles Heudebert étudie les effets de l'alimentation sur l'organisme en collaboration avec le corps médical et s'oriente vers des produits contribuant à un meilleur équilibre nutritionnel. Ces biscottes étaient alors distribuées dans les boulangeries, les pharmacies et les alimentations générales."

front.5.400.jpg


Comme ma première tasse de thé, je connus le goût de ma première biscotte vers mes 10 ans.

Celle-ci, comme il est cité sur l'information ci-dessus, était distribuée dans les alimentations générales.

Dans mon village il y avait bien sûr une alimentation générale. Elle était tenue par un couple de personnes au grand coeur, qui vous faisaient crédit souvent jusqu'à la fin du mois, sans aucun problème.

Dans leur "magasin d'alimentation" comme on disait on y trouvait tous les produits et denrées nécessaires à la vie quotidienne.

Devant leur comptoir s'alignaient des sacs de jute remplis de lentilles, de pois cassés, de haricots secs, de riz. On achetait toutes nos denrées au détail.

Sur les étagères on y trouvait l'incontournable lessive et javel LACROIX, la lessive Phénix,  le savon de Marseille, le savon Le chat, et bien d'autres produits dont nous avions besoin.

 

 

 

635490486_ID3312323_24-javel_083828_0214Y4_0.JPG

00426_jpg833.jpg

hv9ycwb5.jpg

om5yrevp.jpg


C'était les grand'parents de ma copine de classe qui tenaient cette épicerie. Un jour, celle-ci me fit signe d'entrer et m'emmena dans l'arrière boutique et me donna un bout de pain qu'elle appela biscotte. Je goûtais donc cela avec un morceau de chocolat. C'était bon ma foi.

Mais j'avoue que la biscotte n'avait pas ses entrées sur la table de la famille F.

Elle n'a pris son aspect "indispensable" que bien des décennies après, sur la table du petit déjeuner.

Maintenant ce sont les petits pains suédois au blé complet qui prennent leur place le matin au réveil.

Combien de sortes de biscottes existe-t-il de nos jours ? Je ne m'aventurerai pas à les compter....




 

 

03/09/2012

MA PREMIERE TASSE DE THE

 

Une odeur,

Une couleur,

et me voici revenue quelques décennies en arrière.


En 1950, j'avais à peine 10 ans, je buvais ma première tasse de thé.

 

tea-time-at-tom-s_2.jpg

D'une famille modeste, vous pensez bien que ce breuvage n'était pas dans les placards de ma mère, cette boisson étant réservée aux familles dites bourgeoises, ce qui n'est plus le cas, heureusement.

J'avais été invitée chez Françoise, petite fille de mon âge. Sa famille avait pris la précaution de bien choisir les amies de leur fille. Toutes les petites filles du village n'avaient pas la chance d'être invitées à partager ses jeux.

Donc, le jeudi je me rendais chez elle. Et le premier jour qu'elle ne fut pas ma surprise d'être invitée à la table du goûter, servi par la "bonne" comme je disais. Mais dans la famille de Françoise elle était appelée par son prénom, car cette famille était très respectueuse.

Deux belles tasses de porcelaine étaient posées sur la table de la salle à manger et on m'invita à prendre place.

La "bonne" en tablier blanc, me servit un breuvage doré orangé, puis y versa un peu de lait. Sur une assiette quelques boudoirs s'offraient.  Je bus donc, un peu gênée. Allais-je aimer ou ne pas aimer ?

Cela n'avait pas mauvais goût, c'était même bon,  accompagné d'un boudoir. Et ce rite dura tout le temps que durèrent nos rencontres et jeux de petites filles.

C'était l'heure du thé.

Je crois que je repris ce rite du thé que des décennies après.

D'ailleurs, je vais m'en faire une tasse. Mais je suis sûre qu'il n'est pas aussi bon que celui de mes 10 ans.


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique